Bio

Enfance

Après avoir suivi des cours de solfège dans une école de musique pendant 5 ans, il tentera de s’approprier la guitare classique, mais sans y parvenir. Toujours plus attiré par le rythme et les mélodies, les chansons des années 70 et surtout 80 le marqueront bien plus.

Le rêve commence un Noël avec un premier synthé, un Yamaha PSS-580  enluminé de dizaines de boutons rétroéclairés. De là, une passion pour la musique de Jean-Michel Jarre va naître. Sa musique ne ressemblant à aucune autre, variée, expressive correspondait exactement à ce que le jeune adolescent recherchait, même s’il est tombé dessus un peu par hasard, suite à l’achat d’une cassette chez un disquaire rue moyenne à Bourges. Il allait alors pouvoir explorer d’autres pistes et vouloir former un premier groupe avec un ami.

Quelques années plus tard, après déjà quelques compositions et l’acquisition de nouveaux instruments comme le Roland-D70 , d’un ordinateur Atari 1040 STE et du logiciel Cubase, un nouveau coup de coeur allait arriver avec la découverte des chansons de Jean-Jacques Goldman.

Les années groupes

Dans la foulée, un groupe de variété/rock s’est formé : “INITIAL”, avec en ligne de mire la fête de la musique de 1992, et un concert mémorable devant 300 personnes, le tout accompagné d’une chorale.

L’apothéose de cette époque aura été de découvrir ses 2 artistes préférés sur scène. Le souvenir en restera fort et immuable.

Après une période d’animations de mariages en 1994 avec son complice de l’époque, ils reforment un autre groupe “KRYSTALYS”, davantage axé sur le rock français. Ainsi armés, ils feront beaucoup de concerts sur Bourges et le département du Cher, dans des bars mais également des boîtes de nuit très convoitées à l’époque. Certaines représentations accueillaient jusqu’à 300 personnes, ce qui a valu quelques articles dans les journaux locaux comme le Berry républicain ou la république Centre-Ouest. Ce groupe restera formé 3 ans.

 

Phase de tests

Après cette période festive, est venu un travail en solo avec énormément de recherches au niveau des sons et des arrangements. Le progrès informatique le permettait déjà : il devenait possible de s’enregistrer de chez soi (à condition de savoir régler son matériel). Il s’inscrit comme membre à la Sacem à l’aube des années 2000. Puis il s’essaie ici ou là dans des émissions comme “la nouvelle Star” ou des castings locaux, sans grand succès cependant… Il appelle nombre de labels par téléphone, obtient quelques retours mais a besoin d’un guide. Il a même tenté d’approcher une maison de disques, en rentrant directement dans le bureau d’un directeur artistique de chez Universal et en y laissant une maquette, effet qui s’est retrouvé sans suite malheureusement. A cette époque, l’artiste en herbe utilisait le camouflage avec des musiques baignant dans de la réverbération. Autant dire que le son était déjà dépassé. Nous n’étions plus dans les années 80…

En 2008, il se remet à composer sur du nouveau matériel et dépose ses musiques sur un site reconnu : “Easyzic”. Fort des encouragements de ses membres, il commence à comprendre que les gens apprécient son sens de la mélodie. Il écrira pour quelques artistes locaux durant cette phase.

 

Composition de musiques instrumentales

Puis après une nouvelle mise en sommeil de quelques années, en 2015, il se remet à écrire. En 2016, il intègre une petite formation de variété avec le groupe “AUTHENTIC” puis après un an et quelques cours de chant plus tard, en 2016 joue du clavier dans le groupe “IFUNK” où beaucoup de concerts seront donnés en l’espace de 2 ans. En 2017, il intègre même provisoirement les choeurs de Bourges. Le chant en latin n’étant pas sa spécialité, il décide de ne pas d’éparpiller davantage.

Avec le recul, il trouve que ces années de recherches ont été nécessaires pour se former au “son”, c’est-à-dire à pousser ses connaissances en terme de composition, de mixage et de mastering. Car tout est lié dans la musique. Il revoit également sa vision qu’il considérait comme archaïque du métier mais n’est pas encore prêt pour se lancer en indépendant. Problème de confiance en soi…

 

Durant l’été 2019, il constate en regardant les statistiques que ses compositions sur Easyzik ont généré plus 20 000 écoutes et pas moins de 7 000 téléchargements ! Cette fois, le doute n’est plus permis, il décide de se professionnaliser et d’écrire une nouvelle page. 

Il rassemble ses musiques, les réorchestre avec plus de modernité (certains sons dataient de 1998…). A huis clos, il enregistre, mixe ce qui va devenir son premier grand projet qui s’appellera “ELEMENTS”. 

 

Lancement

En décembre 2019, tout est prêt, il expose enfin (grâce à internet) son travail musical au public et utilise les réseaux sociaux pour se faire connaître. A sa grande surprise, le public est plutôt réceptif à sa musique. “Paradoxes” est téléchargée par centaines. Fort de ce 1er succès, il lance “To stay with your absence” , une musique électro plus rythmée et “The waltz of time” qui deviendra l’hymne préféré pour celles et ceux qui sont en train de devenir son public. Les images du clip créé pour l’occasion seront parfaitement mises en lumière par Pierrick Brisset, de Studio Centauri.

En quelques mois, il réalise ainsi plus de 3000 téléchargements et sa musique “The Waltz of time” a été partagée jusqu’à 10 000 fois sur Facebook ! A la rentrée 2020, sa chaîne YouTube comprend plus de 500 abonnés.

Après cela, il continue son chemin et lance deux nouveaux projets, dont les musiques “Promise” , “Today as tomorrow” et “Contemplation” sont particulièrement plébiscitées. 

Un nouvel album est à venir. Il sera constitué de musiques plus électroniques, avec un mélange de sons à la fois ethniques et électros. Il aimerait pouvoir se lancer dans des concerts mais la covid a repoussé cette idée…